À propos

g.u.i. est un collectif créé à Paris en 2006 par Nicolas Couturier et Bachir Soussi-Chiadmi qui rassemble aujourd’hui Nicolas Couturier, Sarah Garcin, Julien Gargot, Angeline Ostinelli, Benoît Verjat et Tanguy Wermelinger.
g.u.i. collabore avec des institutions culturelles et publiques, des groupes de travail, des artistes et mène des projets de recherche et d’initiative mettant en œuvre le design graphique, interactif, éditorial, in situ, méthodologique, et la performance.

Description du projet À propos

Nicolas Couturier

Nicolas Couturier est designer et enseignant. Il forme g.u.i. (g-u-i.net) en 2006 avec Bachir Soussi-Chiadmi. Au sein de ce collectif, il conçoit et réalise des éditions en ligne et imprimées, des images, et des dispositifs de consultation et de documentation. Il s’intéresse particulièrement à la création d’outils, mêlant le tangible et le numérique. Il participe à la création de l’InSituLAB à Strasbourg en développant depuis 2008 des projets de recherche en design public au sein du pôle supérieur de design de l’école Le Corbusier (insitulab.eu).
Il collabore avec Mathias Poisson et l’Agence Touriste depuis 2010 à travers des projets insitu (Marseille, Rezé, Lamelouze, Saint-Gaudens, Versailles), de balisage du territoire, de fabrication d’encres locales, de constitution de récits collectifs. Il participe par ailleurs à des activités diverses autour des fonctionnements collectifs, principalement dans le spectacle vivant (Bocal avec Boris Charmatz, 2003-2004), groupe W et Everybodies.

Sarah Garcin

Diplômée de l'École Européenne Supérieure des Beaux Arts de Bretagne et de l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs en design graphique, Sarah Garcin intègre le collectif en 2012.
Actuellement, elle développe un travail de recherche autour de la documentation et des logiciels libres, au sein du programme de recherche Sociable Media à l'Ensadlab. Depuis septembre 2014, elle enseigne également les technologies du web à l'université de Paris-Est Marne-la-Vallée.

Julien Gargot

Designer et développeur, il rejoint g.u.i. en 2010. Il travaille également depuis 2017 au sein de l’agence de design de services Vraiment Vraiment.

Angeline Ostinelli

Angeline Ostinelli est artiste, graphiste et enseignante. Elle vit et travaille à Paris.
Elle enseigne l’édition à l’École Supérieure des Beaux-arts d’Angers.
Au travers de la création graphique, mais aussi radiophonique, performative, curatoriale, évènementielle, ses projets interrogent la place du livre dans l’art contemporain et visent à inventer des nouvelles formes d’écriture, de lecture et de diffusion. Elle collabore actuellement avec la radio *DUUU ainsi que Sarah Garcin, Sophie Lapalu, Federico Nicolao.
Après des études d’arts appliqués, Angeline Ostinelli travaille d’abord en tant que graphiste à Amsterdam. Puis elle intègre le collectif g.u.i. à Paris. Depuis 2011, en tant que membre actif du collectif g.u.i. elle conçoit et réalise diverses publications en ligne et imprimées, notamment avec l’Imec et les Laboratoires d’Aubervilliers. En 2016, elle est commissaire d’une exposition de livres d’artistes intitulée Une journée sentimentale à la Galerie Ygrec.
En 2017 en compagnie d’Antoine Bertaudière, elle contribue à la conception de l’exposition et de l’ouvrage Ce que l’édition fait à l’art, édité par Tombolo Presses.

Benoît Verjat

Benoît Verjat est designer graphique et interactif diplômé de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg. Il conçoit et réalise des dispositifs pour la création, l’édition et l’exploration de représentation visuelles ou d'informations. Ces instruments trouvent leurs itérations et leurs applications en art, en design, en scénographie ou lors de performance, mais aussi en sciences humaines et sociales. Étudiant chercheur de 2010 à 2014 au sein du programme DiiP d’EnsadLab, (laboratoire de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs), dirigé par Samuel Bianchini, il participe activement à plusieurs programmes de recherche en art et design par la pratique (Dispositif performatif, objets à comportement ou muséographie). En 2015, il participe au programme d’expérimentation en arts et politique (SPEAP) crée par Bruno Latour et Valérie Pihet à Sciences Po. En 2016 il intègre le médialab de Sciences Po sous la direction de Bruno Latour pour concevoir des méthodes d’exploration de donnée numérique avec des chercheurs en sciences sociales. Depuis 2010 il est membre du collectif g.u. i. et enseignant dans le département communication de l’École nationale supérieure d'art et de design de Nancy. En 2016, il fonde avec Alexis de Raphelis le collectif de film documentaire expérimental excellando.

Tanguy Wermelinger

Tanguy Wermelinger oeuvre à la conception et au développement de sites internet, d’applications, d'interfaces numériques (UI/UX), d'identités graphiques, de design éditorial et de design de service.
À travers une pratique de recherche qui prend forme dans plusieurs projets éditoriaux, il utilise les méthodes d'investigation du journalisme pour questionner les pratiques de production d'éléments narratifs et leurs déploiements dans l'espace médiatique.
Il conçoit ainsi des dispositifs éditoriaux prospectifs (édition, affiche, conférence, objet) et analyse ceux de la photographie de presse à travers le projet Hans. Ceci afin d'en réinvestir les mécaniques dans d'autres champs.
Il enseigne le design numérique à l'université de Paris-Est Marne-la-Vallée.
Tanguy Wermelinger est diplômé en design graphique de la Gerrit Rietveld Academie d'Amsterdam et de l'École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg.